Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2006

Wish you were here

Syd Barrett, un des fondateurs des Pink Floyd, est mort le 7 juillet dernier des suites de complications liées à son diabète. Il vivait depuis son retrait du groupe dans la banlieue de Cambridge une existence paisible, s'adonnant notamment à la peinture. C'est une légende du rock psychédélique qui s'en va en laissant un grand vide et une étoile qui naît dans le ciel. Ce ciel que je contemplais dans le silence de l'adolescence, la musique du Floyd entre les oreilles. Au pensionnat, sur ma bicyclette, en maints endroits exigus j'ai usé les cassettes de ce groupe légendaire. Il y a de petites choses qui portent, des sons qui vous transportent, des rythmes universels, des choix esthétiques qui dès votre naissance orientent et accompagnent la vie. Adieu, Syd ! En dépit de toutes tes drogues, qu'est-ce qui t'a donc emmené, toi le diamant, le peintre, la légende ? Et brille ! Brille ! Tu as décliné l'invitation. Tu n'as pas supporté l'attitude des gens ordinaires. Tu as pris des drogues à la pelle car tu savais que la vraie vie se consume par tous les bouts, qu'une existence se mène de toutes les déraisons, et qu'il vaut mieux se détruire à petit feu que de se voir entrer dans la normalité, dans la norme, et qu'il ne faut jamais répéter les erreurs. Si seulement tu étais là maintenant, si toute une vie ne s'était pas perdue ! Nous nageons dans un aquarium en feu ! La terre brûle, Syd ! Ta drogue n'a pas suffi à anéantir le train-train des gens normaux ! Nous savons tous qui t'a assassiné, qui a brûlé tes paupières fardées ! C'est pas grave, Syd ! On les aura tous, un jour, à la longue ! On ne marchera pas sur ton tombeau. Nous ne laisserons personne ternir ton image. T'inquiète pas Syd, je ne suis pas près d'oublier la chanson. Un mort... c'est étrange, un mort quand ça apparaît. C'est bizarre la couleur blanche de la peau. Un costume de scène ? Une guitare flamboyante ? Des amplis qui crachent et hurlent ! Et une tombe... c'est triste une tombe ! Un sourire figé... ça arrive aussi. Alors, adieu ! La musique, ça reste, Syd. Ca reste. Si tu étais là. Si seulement tu pouvais être là. Il reste Roger, David, Nick, Rick et ces concerts fabuleux. La mémoire, ça ne part pas, Syd. Et puis, croyais-tu au ciel, au vent, à l'ombre ? Continue de briller, Syd. Une étoile, ça ne s'éteint pas. Ça brille.

22:20 Publié dans Musique | Lien permanent