Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2005

Les Alchimistes du Verbe

Je reçois un mail de Neil Thomas qui me présente le site de son association éditrice toute jeune oeuvrant pour la qualité littéraire et la diffusion du message écrit. Déjà quelques auteurs sont au catalogue qui regroupe différents domaines (poésie, théâtre, roman, nouvelle...). Entreprise intéressante et motivée par une analyse de la situation éditoriale actuelle. Loin des gros diffuseurs, l'association entend prendre son destin en main et est donc à la recherche de nouveaux auteurs. La "ligne éditoriale" tient en ces termes : « Susciter l'éveil au savoir et combattre les difficultés restreignant la liberté de lire et d'écrire ».  Souhaitons bonne chance à toute l'équipe pour son activité.

21:40 Publié dans La langue en Web | Lien permanent

19/06/2005

La Nouvelle Revue Moderne

Le numéro 2 de Mot à Maux n'est pas encore sorti (mais ça ne saurait tarder) que La Nouvelle Revue Moderne n°12 présentée dans la Revue des Revues à venir est déjà archivée sur son site. Le numéro 13 vient de sortir. C'est dire l'intense création de la revue. Occasion de constater à nouveau que la poésie sera toujours "en avant", en avance sur elle-même, sur le temps, sur la vie même. On ne saurait encore répéter l'importance de la lecture de ces publications écrites sur du vrai papier, avec de l'encre véritable ; un livre, une revue, s'emmènent partout, au café, à la plage, au jardin public, ce sont les étincelles qui, à un moment donné, peuvent changer votre vie, la diriger irrémédiablement vers une autre direction. Restons attentifs à l'effervescence du support écrit, à la veille d'un été plus que jamais poétique considérons l'émulation, les rencontres et les échanges que permet la poésie, c'est-à-dire la vie, considérons que la création est au service de notre activité, et non le contraire, la poésie est ce qui doit rendre la vie plus intense, elle est une recherche de sens et une façon de ressentir la révolte. La lecture et l'écriture sont des moyens d'assimiler cette révolte. Considérons que l'écrit est un champ de bataille, que la paix de l'âme et du monde est un combat contre le désespoir. Lire, écrire sont des actes politiques. Un moyen de vivre l'existence. Lire une revue engage. Envoyer un poème engage. C'est notre façon à nous de demeurer vivant. Sur le site de la NRM, il se passe quelque chose. La poésie et la réflexion sont au service de l'action. Il est possible de consulter les archives des anciens numéros, d'apprendre et de réfléchir, de découvrir la vaste iconographie et même de s'abonner. Un geste qui ne saurait rester anodin. Tendons les liens qui devraient nous réunir.

20:00 Publié dans La langue en Web | Lien permanent

02/06/2005

Monde cruel !

La politesse se perd. Le respect est une valeur en voie de disparition. J'ai quelques exemples ces jours-ci sur le Web, tant il est vrai qu'on peut y faire de mauvaises rencontres. Un blog d'abord, qui monopolise pas mal l'attention autour du référendum. Je me suis posé comme règle de ne pas parler politique, pas de la façon dont on en parle généralement, donc j'ai préféré me taire et ne pas entrer dans le débat, de toute façon que puis-je dire ? J'ai bien conscience que les véritables questions sont peut-être ailleurs. Et puis, une insulte sur une poète amie et revuiste qui fait sérieusement son travail, une bêtise plutôt, mais qui révèle à quel point la haine peut être dévastatrice. Je ne parlerai pas de politique mais il se peut qu'à un moment je dise les valeurs qui me paraissent essentielles et qui dépassent le vulgaire champ d'un oui et d'un non. Par contre je peux parler du travail de revuiste et dire que ce n'est pas facile, que chacun mérite d'être encouragé. Un éditeur renommé m'affirmait avoir reçu des lettres d'insultes, le net permet tous les excès lui aussi et certains ne s'en privent pas. Il y a tout, du bon, du mauvais. Chacun peut s'exprimer, on considère enfin que chacun dans ses propres particularités est important, qu'il peut amener ce qu'il est réellement et ce dès maintenant. C'est l'individu qu'il convient de mettre au premier plan et non pas le système de la haine et de la frustration. On peut dire que chacun peut apporter ce qu'il est, pour peu qu'il se donne la possibilité de croire et d'espérer, et ce ne sont pas les extrêmes qui apportent quoi que ce soit de bien en poésie comme en société.