Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2005

Microbe n°31

Je reçois le nouveau Microbe plus que jamais allumé. Son but : « diffuser une littérature sans autre prétention que celle de diffuser une littérature sans la moindre prétention mais peut-être pas vraiment inutile. » Rappelons que l'écriture est une affaire d'esprit, qu'aligner des mots est accessible au profane. Un poème est une affaire d'engagement aussi spirituel que social. Il faut être un peu fou pour écrire, ou comprendre que rien ne va plus, que le sens nous échappe et qu'il faut le rattraper. Alors il convient de courir vite, parce que le sens ne vous attendra pas ! Soyez vigilants et ne sombrez pas dans la folie ! Là, à la frontière, vous puiserez à la source et ce que vous direz sera essentiel. Microbe accueille des poèmes qui ont une langue, un sens, et la forme d'un engagement. D'où viennent-ils ? Quelles mains les ont créés dans l'ombre ? Oui, tout est une affaire d'ombre, d'influence et de travail solitaire. Si la poésie peut donner un sens supportable à la solitude, si elle peut matérialiser un engagement, alors n'est-elle pas perdue pour tout le monde. Une revue donne sens à la poésie, bien avant l'édition en recueil. Microbe est une revue qui survit dans l'ombre. Lire Microbe demande un effort, une attention. Demandez autour de vous combien ont Microbe dans leur bibliothèque ! Alors on vous prendra pour un fou, un original, et vous ferez rire parce que cela rappellera l'enfance de ceux qui n'ont pas de rêves. Les mots sont notre arme, et la seule arme de Microbe. Pas de théorie, pas de phrases complexes, pas d'analyses maniaques, juste la proximité du texte et l'impression que quelqu'un, quelque part, a voulu nous dire quelque chose. Alors, le sens, tout cela, c'est affaire de chacun, c'est selon ses disponibilités, ses désirs. Microbe existe et c'est déjà quelque chose. Ensuite, qui sait vers quel horizon se propagera la maladie ? Textes de Eric Allard, Pierre Autin-Grenier, Marc Bonetto, Jacques Carrier, Daniel Charneux, Alexandre de Wind, Laurence Emily, Pascal Feyaerts, Joaquim Hock, Frédérick Houdaer, Jean L'Anselme, David Sabini, Bruno Toméra, Alice Van Windekens et Lila Widmer. Dessins de Perlette Adler.

Eric Dejaeger : Launoy 4, (B-) 6230 Pont-à-Celles (Belgique). Textes, renseignements et abonnement : rvmicrobe@yahoo.fr

23:55 Publié dans La revue des revues | Lien permanent