Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2006

Mode d'emploi

En 2001, paraissait aux éditions Deleatur la "Lettre d'un éditeur de poésie à un poète en quête d'éditeur" de Louis Dubost. Sur le même principe, une "Lettre d'un revuiste de poésie à un poète en quête de publication en revue" estampillée « Comme en Poésie » vient de paraître sous la plume de Jean Pierre Lesieur.

Le dénominateur commun à ces deux lettres pourrait être celui de la lucidité. Lucidité de l'écrivain sur sa propre écriture : " Une démarche éditoriale me paraît un acte trop grave pour l'entreprendre à la légère " (LD) ; lucidité sur le marché contemporain de la poésie : "Le slogan soixante-huitard qui psalmodiait " 50 000 poètes, 500 lecteurs, 5 éditeurs" est toujours d'actualité" (LD) ; lucidité sur tout échange : "Ecrire est une chose, éditer en est une autre" (LD). La poésie est conscience aussi. Conscience du travail spécifique de chaque éditeur ou revuiste : "Je privilégie, dans mes relations avec les auteurs, ceux qui, manifestement, n'ont pas envoyé leurs manuscrits à l'aveuglette" (LD) ; conscience que tout cela est un travail : "La poésie est un long chemin de croix" (JPL) ; conscience de la lenteur : " C'est seulement après de régulières collaborations à des revues que vous pourrez songer à la publication d'un livre " (LD) ; qu'il est toujours bon de savoir et de connaître les multiples formes de publications : "S'abonner à une ou plusieurs revues me paraît le meilleur moyen pour connaître, lire, apprendre la poésie qui se fait aujourd'hui" (JPL) . Respect également. Respect de chacun, de ses différences, savoir se tenir parmi et non en opposition : " Le moi est haïssable" disait Pascal", nous rappelle Louis Dubost. Travail : "M'intéresse une écriture qui dérange mes routines de lecture, dont l'auteur se soit approprié de manière toute particulière les mots et le langage de tout le monde, "les mots de la tribu" (Stéphane Mallarmé) pour les inscrire dans une parole authentique, autrement dit un style reconnaissable entre tous. Ce n'est hélas! pas le cas de 95% des manuscrits qui me parviennent" (LD). Confluence et conseils : "Publier vos poèmes dans des revues" (LD) ; "Si vous désespérez de trouver un éditeur, publiez vous-même votre livre" (LD). Et spécificité : "Depuis plus de vingt ans (ça commence à se savoir!), je préfère solliciter moi-même un manuscrit auprès d'un auteur" (LD). Bref, si pour Louis Dubost "Un auteur honore toujours un éditeur, un éditeur pour un auteur, ça se mérite" et ces deux opus, outre le fait d'être des témoignages de personnes rôdées depuis longtemps au métier de la publication, sont un apport de bon sens. La poésie est un lieu où tout est possible, elle est le lieu de l'humain avant tout. 

22:25 Publié dans Avis | Lien permanent