Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2006

Spleen II

Je suis intimement convaincu que c'est à l'heure précise de la mort où tout le corps se raidit que peuvent venir certaines réponses que l'on ne saurait trouver ici-bas. Ici, nous sommes sans cesse devant un miroir, j'aime imaginer que la mort est un passage à travers le miroir vers une autre destination. Alors, je fais quoi en attendant ? C'est quoi le sens qu'on donne à une vie ? Je peux m'envoyer en l'air dans une discothèque, faire la fête tous les soirs, ne plus penser qu'aux vacances, et basta pour tout le reste ! C'est quoi écrire, c'est quoi chercher quelque part ce que l'on ne trouve nulle part ? Je ne peux pas savoir, il suffit d'attendre, alors il faut que tout se passe bien, n'est-ce pas ? La vie, une répétition absurde ? Alors autant vouloir le bien pour soi et tous les hommes et les femmes de cette planète. Autant utiliser ce temps, à force de générations, pour construire un avenir acceptable. C'est la moindre des choses, non ? Moi, j'attends la mort, celle que vous connaissez (un peu, pourquoi pas ?) J'y vais, c'est sûr, c'est certain. Ca prendra un jour, à un carrefour, dans un coin du cerveau, ou dans une artère du cœur. Ben oui, c'est là que tout se raidit, c'est là que tout devient sombre, c'est là qu'on traverse de l'autre côté du miroir.

21:55 Publié dans Réflexions | Lien permanent