Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2005

Coca-Cola@tf1.fr

Je lis beaucoup de sites très bien qui alimentent la réflexion et stimulent l'intelligence. Celui-ci se doit aussi de répondre quand il s'agit de s'engager sur un terrain qui concerne celui du langage. En terme de langage, la poésie est bien placée, puisque c'est un de ses principaux matériaux. Dans une interview réalisée par le Medef le 14 septembre 2004, Patrick Lelay, patron de TF1 depuis 1988, qui préside sur la première chaîne de télévision d'Europe, a déclaré : "Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective business, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. (...) Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible." Cet éclat de lucidité remarquable nous éclaire un peu sur le caractère licencieux "d'une certaine télévision" et nous renseigne un peu sur la manière dont la publicité et les émissions grand public en général s'emparent de nos cerveaux. Il est écrit à la peinture blanche sur le trottoir qui mène à France Télévision : "Tous les jours je lave mon cerveau avec la télé." Une phrase qui n'est pas tout à fait une image si l'on considère le caractère insalubre de cette télévision... Bah ! Nous devrions rejoindre les rangs et nous délecter de nos 3 heures d'attention quotidienne à ce poste qui, à défaut d'être une fenêtre sur le monde, voudrait nous hypnotiser en nous faisant entrer définitivement dans une autre civilisation. Or cette civilisation, c'est nous. Pouvons-nous laisser les grands et puissants médias parler à notre place et s'emparer du sens infime de notre vie ? Laisserons-nous notre conscience obnubilée par le pouvoir de la publicité, de l'audimat et de la désinformation ? Pour ma part, je prends la télécommande et je zappe.

Commentaires

Ne voyant pas comment mettre un commentaire sous la note "Microbe n°30", je le mets ici.

Un grand merci pour cet avis !

Écrit par : Eric Dejaeger | 02/08/2005

Apparemment la plupart des commentaires faits sont ceux de poètes ou écrivains potentiels...

Avant de se qualifier écrivain ou poètes il faudrait peut-être apprendre à écrire correctement le français!!!! Et retourner au primaire pour réapprendre les bases de l'orthographe loin d'être acquises!!!
Consternant!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
La honte!!

Écrit par : Adé | 03/08/2005

"Avant de se qualifier écrivain ou poètes..." ne me semble pas très correct. Sans me prendre le moins du monde pour un styliste, j'aurais préféré "Avant de se qualifier d'écrivain ou de poète..."

Il faut aussi apprendre à balayer devant sa porte.

Écrit par : Eric Dejaeger | 03/08/2005

Les commentaires sont fermés.