Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2006

RéÉvolution poétique

Je n'ai pas pour habitude de cracher sur les livres disponibles en rayon de supermarché, ne lisant pas les récits de monsieur X ou Y ni les livres de cuisine, très rarement les romans, tous ceux-ci, de forte qualité de surcroît, obtiennent grâce à mes yeux. Mais quel lecteur pourrait se contenter d'être borgne et ne pas agrémenter ses lectures habituelles de quelques distractions bienvenues, histoire de ne pas finir idiot ou en vue de répondre d'une façon moyenne bien que fermement aux nombreux jeux culturels présentés à la télévision, dont les buts sont de vous faire gagner de l'argent ? Bref, lire est un pouvoir, et choisir sa lecture un privilège. Mais si vous en avez assez de la soupe médiatique et des éternelles émissions destinées à vous endormir l'esprit, si un sentiment de révolte vous agite, sans que vous sachiez pourtant bien clairement d'où il vienne, et si vous ressentez un désir pressant de dynamiter quelques groupes devenus holdingues tels que Editis ou autre Lagardère, si la dure loi de la presse vous oppresse au point de vous donner des cauchemars, alors voici une suggestion toute prête en vue de vous défouler un peu : Le collectif RéEvolution Poétique appelle, à l'occasion de la Foire du Livre de Bruxelles, du 14 au 19 février 2006, à une manifestation active de « parasitage » en règle. Photocopiez, imprimez ou recopiez vos pages favorites et insérez-les dans les pages d'autres ouvrages : vous aurez ainsi contribué au vu et su de tout le monde à un attentat poétique flagrant. Evidemment, il y aura toujours des grincheux pour trouver cela de mauvais goût. D'autant que RéEvolution Poétique n'en est pas à son coup d'essai : bombardement poétique à Gênes le 29 juin 2002, attentat poétique du 11 septembre 2003... autant d'actions qui connurent un grand succès mondial suivant le principe simple de "libérer un livre" aux quatre coins de la planète : Belgique, France, Italie, Espagne, Portugal, Israël, Liban, Brésil, Colombie, Mexique, Usa, Ukraine, Grande Bretagne, Canada, Argentine, Chili, Tchéquie, Pays-Bas, Suède, Russie, Algérie, Maroc... Je trouve cela plutôt bien. Si un des buts de RéEvolution Poétique est bien de faire sauter les verrous entre genres littéraires, entre idées dominantes et marginales, entre civilisations, en vue d'une réconciliation généralisée, alors oui ce nouveau rendez-vous annoncé ne peut être que facteur de paix. Il convient de dynamiter les verrous de l'intolérance, du racisme lattent et de l'incompréhension. Parce qu'il n'y a pas de fatalité des peuples et de la haine entre eux, parce que tout doit revenir à une échelle humaine, changer la vie, RéEvotutionner les consciences ici et maintenant est plus que jamais urgent. Les morts et la souffrance ne sont pas ailleurs mais ici. Ce que l'on fait ici nous engage à chaque instant de la vie. Ce ne sont pas les frontières ni la distance qui protègent. La haine aussi voyage à vitesse de la lumière. Les solutions ne seront jamais toutes faites et ne s'imposeront pas comme du prêt à porter. C'est notre capacité à la réconciliation de tous les frères humains qui est aujourd'hui en jeu. Las des bombes, des attentats suicides, las de la misère des populations et de la pauvreté galopante. Marre de la connerie des voisins fascistes, marre de tourner en rond. Oeil pour oeil, dent pour dent, marre ! Marre d'étouffer la différence. Luttons pour que les barrières sautent entre les civilisations, entre les hommes. Ce que nous voulons, c'est la paix, et non la guerre, la solidarité et non l'indifférence, l'amour et non la haine. Tout ce qui est étouffé, ce qui pourrit au fond de la conscience, au fond des cités, ce qui ne respire plus ici ou ailleurs forme le terreau du véritable terrorisme. La poésie est une forme active de lutte contre tous les extrémismes, pour une vie plus humaine. Il est urgent d'entendre son message, urgent de faire sauter les verrous entre les cultures, urgent de prendre la parole. Urgent d'inventer un avenir pour les hommes. 

21:40 Publié dans La vie des mots | Lien permanent