Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2006

Marine

Si quelque chose me donne encore plus envie de gerber qu'un paquet de Gitanes maïs, après deux verres de vin rouge et un tour de manège, c'est bien le racisme et la xénophobie. Il faut dire qu'on est bien servi avec le croque-mort qu'est Philippe de Villiers et le borgne Le Pen, sans compter la haine du voisin de palier qui gueule contre l'étranger qui passe à sa fenêtre. On a été gâté en 2002, les fascistes sont toujours aussi cons et nous préparent un retour de la haine, toujours en opération depuis la nuit des temps. Malheur à celle qui passe voilée dans la rue, le grand croque-mitaine surveille dans l'ombre, prêt à surgir, à rugir, à sauter sur sa proie. Et puis quoi ! La blouse à l'école ! Pas de cours sur l'histoire des origines ! Les gamins de trois ans dehors ! Les parents à la mer et dans les charters ! Les ados au commissariat, les délinquants en prison ! Avec le programme de nos deux artichauts, les problèmes sont déjà réglés, monsieur Peltier et papy SS ont des réponses à toutes vos questions. Le pire, c'est bien le racisme du voisin, celui du plombier, de l'éplucheur de navets. Tous ces gens me donnent des boutons et des besoins pressants d'aller aux toilettes. « - C'est que la République est menacée, mon bon monsieur ! Les barbus sont là avec leurs grands couteaux, prêts à se jeter sur vos enfants et à les égorger ! La barbarie est là et la République sera bientôt islamique et le drapeau à croissant flottera bientôt sur l'Elysée ! Et ben oui ! Et dans les cités, c'est pareil, on va bientôt se croire en Afghanistan, il n'y aura bientôt plus que des barbus et des femmes en tchador ... » Ben, oui, les fachos sont comme ça, ils titillent vos points sensibles à coup de batte de base-ball et vous promettent les pires malheurs si jamais un seul étranger se pointe au bureau de tabac ! Et comme ils ont lu tous les livres, mais à l'envers, ils veulent te convaincre que les idées des Lumières étaient un tissu de mensonges, que la différence mène à tous les conflits et que rien de bien ne peut apparaître en dehors d'une société unique, pure et nationale ! Alors, les étrangers, ils voudraient nous convaincre qu'il faut les mettre dehors, les renvoyer dans leurs pays, « - parce qu'on ne peut pas, ils sont pas comme nous, leur présence est une provocation et un danger ! » Voltaire se retournerait dans sa tombe ! Alors, vive la différence ! Vive la présence ici d'autres cultures, d'autres histoires, nous sommes tous engagés dans le même bateau ! A quoi ça rime le rejet, la haine ? Est-on aussi con pour vouloir que tous les problèmes soient réglés par l'exclusion, la stigmatisation ! Pas de culture à l'école, pas de boulot pour les parents, pas de logements sociaux, pas d'allocations... Celui qui a le malheur d'être différent a déjà signé son arrêt de mort. Alors, je voudrais que monsieur de Villiers et ses sbires m'expliquent comment, nom de dieu ! ils vont bien pouvoir faire pour que les civilisations multiples, les peuples nombreux et les cultures différentes vivent ensemble sur une Terre caractérisée par tous les mélanges ! Comment, nom de dieu ! va-t-on bien pouvoir faire pour s'entendre enfin une bonne fois pour toutes ! J'ai la haine contre les fachos ici. Je ne cautionne pas les extrémistes ailleurs. Il faudrait seulement qu'on puisse, partout sur cette planète, se connaître, partager. Alors, vraiment, de Villiers, Le Pen et les fascistes me donnent envie de gerber. Peut-être parce que mon univers à moi englobe les différences, les cultures multiples et parce que face à un enfant innocent je ne peux que craquer. Peut-être parce qu'une société n'est pas un organisme unicellulaire mais un être composé de multiples entités.

23:20 Publié dans Musique | Lien permanent