Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mot à Maux - Page 15

  • La révolte

    Se révolter, c’est accepter d’être différent. C’est être prêt à être mis à la marge, quand la plupart des gens n’ont qu’un sentiment de résignation et de fatalisme. Si tout va bien, on vous montrera du doigt, au pire vous serez accusé de vivre dans un autre monde, de vouloir mettre le désordre. C’est qu’on ne touche pas aux habitudes, au conformisme. On ne remet pas en cause la bonne tranquillité des gens. On vous dira que votre révolte est une passade adolescente, une mauvaise habitude juvénile qui vous discréditera immédiatement. Quelle crédibilité avez-vous dans ce monde embourbé dans l’argent et le pouvoir ? Vous vouliez réagir un peu à ce marasme quotidien, vous défouler sur vos voisins racistes… et pourquoi ne fermeriez-vous pas votre gueule ? Pourquoi n’iriez-vous pas voir ailleurs si les esquimaux y sont ? Dans une autre vie, j’aurais pu être voyou, délinquant récidiviste. J’aurai eu un cran d’arrêt, une cagoule. La police me courrait après. Quel honneur que cette distinction ! Tant de policiers à mes trousses ! « Vous en avez marre de cette bande de racailles… Eh bien, on va vous en débarrasser ! » Voilà ce que j’entendrais à ma fenêtre, voilà le programme, le travail à accomplir. On parle aux gens comme à des chiens. Vous n’aviez qu’à pas être pauvres, immigrés, étrangers, adolescents ! « C’est à moi que tu parles ? » disait-il dans ce film, face au miroir. On refuse d’entendre la différence parce que cela remet en cause notre pauvre tranquillité ! Quel crédit avez-vous ? Vous serez une image, une caricature. Un fétu de paille métallique, moins que rien. Les voitures brûleront… « Il faut envoyer la police, l’armée, les réservistes ! » Faire le ménage, quoi ! Voilà comme on parle au poète aujourd’hui ! Voilà l’intérêt qu’on porte à un jeune poète de dix-sept ans ! Et vous vouliez écrire de la poésie ? Ah ! Ah ! Ah ! « Commence par trouver du boulot avant de rêver à gagner des millions ! » Sur son balcon, le poète se posera la question de sa légitimité, ayant fait quelques études… s’interrogera sur sa place dans son quartier, parmi ses camarades. Tout est toujours question de point de vue, de camp, de territoire… Et la haine répond à la haine. « Mieux vaut changer ses désirs plutôt que l’ordre du monde », se répétera-t-il avec insistance. Mieux vaut que je ferme ma gueule. Si c’est pour être pris pour un voyou ! Je reconnais en mes frères ma légitimité. Je sais où sont mes amis. Alors qu’on me refuse le droit de parler, je me sens proche de l’opprimé, de l’expatrié, de l’étranger. Je revendique ce droit à la différence, à la parole, à la colère ! Parce que je ne suis pas un ringard, malgré tous vos jugements ! Je sais où sont les priorités, je sais où est mon combat. Dans la parole libérée, loin de toutes entraves.

  • Halte au compte d'auteur !

    Des prestataires de services ont instrumentalisé l’édition, voyant dans cette pratique un intérêt purement économique. Le profit est ce qui intéresse ces pseudo-éditeurs, sous couvert de légitimité et de bons services apportés aux auteurs peu regardant. Pour eux, l’état de l’édition actuel justifie la pratique de l’auteur/payeur. Aucun risque pris dans cette entreprise. Tous les bénéfices sont rentrants ! Et si cela ne se vend pas, on aura recours au pilon ! Vous me direz : où est le mal ? Les auteurs y trouvent leur compte ! Et c’est bien le principal. Mon but est de dénoncer une pratique abusive basée sur le mensonge et l’exploitation de la naïveté. Les auteurs, aveuglés par le narcissisme, pavanent fièrement avec leur bouquin formaté, quand ils ne sont pas bourrés de fautes et d’imperfections ! On vous promet la lune, du moins quelque retour des « tenants » de l’édition actuel, les revues, les magazines, les journaux, les radios ! Tartempion est fier de publier son livre quand tant d’autres galèrent avec leur manuscrit, quand toutes les portes se ferment ! Facilité, rapidité, rentabilité, la machine est bien huilée. On vous promet tout, on vous fait des bons, des calculs, des réductions… pourvu que l’argent rentre ! Moi, je ne veux pas d’un tel système où le livre est une marchandise, un produit comme un autre. Je lance ce cri d’alarme afin que le public soit sensibilisé à la question du compte d’auteur, un phénomène tu et pourtant largement répandu. Cette pratique est légale, mon seul but est de dénoncer la supercherie. Les auteurs paieront de leur argent une édition approximative qui n’aura de retentissement nulle part, croyant pourtant bien faire, appâtés par la facilité déconcertante de cette publication. Aucune issue, ce genre de pratique est un suicide littéraire. C’est que chacun veut sa minute de célébrité ! Sa gloire ! Naïveté de se croire irremplaçable, lésé par l’édition traditionnelle, méconnu à tord… Les motivations sont nombreuses concernant le compte d’auteur. Alors, on fait quoi ? On ferme les yeux ? Tant pis ou tant mieux pour les auteurs !

     

  • Pratique éditoriale

    Voici un document que je retranscris mot pour mot, émanant d’un éditeur que je ne nommerai pas, et qui est éloquent quant aux pratiques opaques et mystifiantes de cette édition à compte d’auteur à laquelle je me suis confronté il y a une vingtaine d’années. Je ne crois pas que les pratiques aient changé. Le but reste toujours de faire du profit sans prendre beaucoup de risques. Je vous passe le harcèlement et les lettres de relance reçues. Je vous passe l’exploitation de la naïveté. Je conserve tout cela dans un dossier, en souvenir de la mauvaise expérience vécue. L’argent perdu est une chose, la tromperie en est une autre. Cet éditeur fait du chiffre et continue à sévir. Proche de ses sous dont il a fait l’argument premier, il sera surtout proche des vôtres, drainant de nombreux auteurs qui y trouvent certainement leur compte. Le drame c’est qu’il y a pire. De nos jours, de nombreux éditeurs sévissent en toute impunité. Cela fait des ravages ici et en Afrique. Les Auteurs sont prêts à payer pour voir leur bébé mis en page. Une bonne chose, me direz-vous ? Tout le monde a droit à être publié librement et le compte d’auteur répond à un besoin économique et narcissique. Soit ! On ne m’empêchera pas de penser qu’il s’agit d’une escroquerie et d’une manipulation. Chacun pensera ce qu’il veut. Mais qu’on ne me dise pas que cela a un rapport avec la littérature !

     

    (document authentique)

    La vente par souscription

     

    Voici sa formule : l’Auteur doit trouver, par exemple, quarante personnes acceptant de lui acheter à l’avance un exemplaire de son livre en tirage de tête numéroté et sur papier de qualité (ce qui justifie un prix de vente supérieur à celui de l’édition normale), laquelle vente s’effectue au profit de l’Editeur.

    « L’accroche », c’est le bulletin de souscription (c.f. le modèle joint). Fabriqué par l’Editeur et diffusé par l’Auteur dans son entourage, il permet à l’Auteur de réunir les fonds nécessaires à la fabrication du livre.

    « Le tirage de tête », créé pour les besoins de la souscription, consiste en l’édition d’un certain nombre d’exemplaires numérotés à la main et enrichis éventuellement d’un poème manuscrit, voire d’une gravure ou d’un dessin, ce qui contribue à valoriser l’exemplaire dit « de tête » par rapport à l’exemplaire « ordinaire » - lui-même non numéroté et non enrichi.

    En contre-partie de la mise en pratique de cette formule et de son aboutissement, l’Auteur a droit à quelques exemplaires « de tête » pour lui-même ainsi qu’à cent exemplaires ordinaires de l’ouvrage publié, et cela sans aucun frais participatifs.

    Historiquement proches de nous, les surréalistes utilisaient largement les possibilités de la souscription. Les œuvres qui en sont nées figurent aujourd’hui dans les collections et les musées.