Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mot à Maux - Page 14

  • "Incipit", poème de Majead At’Mahel

    Incipit 

     

    Soldat de l’ombre

    Le monde est pavé de tristes mines

    J’irai te rejoindre sur ton front suant

    D'angoisse et de solitude

    Je creuserai dans ton cœur

    Une tranchée patriote

    Nous serons deux à combattre nos vieux démons

    A coups de pioches et d’introspections

    D’éclats de rires et de silences de luxe

    Jusqu’à ce que lumière s’en suive

    14-18

    39-45

    Il n’y a pas d’âge pour renaître de son obscurité…

     

     

    Alors que nous célébrons l’armistice de la Grande Guerre, voici un poème digne d’Apollinaire, que nous offre Majead At’Mahel. Issu d’un ensemble «  EN TOUTE L'ÊTRE - Entretien avec mes tripes - Ou l’art de tirer mon épingle du JE » ce poème suit la piste de l’introspection, de la connaissance de soi, de l’écriture salvatrice. Parce que le passé n’est jamais mort, nous sommes responsables d’un devoir de mémoire. Qui veut se construire doit d’abord s’appuyer sur les fondations du passé. On n’oublie pas (souhaitons-le pour longtemps) les horreurs de la guerre. Vivre c’est creuser « une tranchée patriote », refuser les obscurantismes « à coups de pioches et d’introspections ». S’affirmer comme être pensant, c’est connaître l’innommable. Le travail sur soi qu’est l’écriture permet de «renaître de son obscurité… » La traversée des enfers doit aboutir à la lumière. Les combats menés se font dans la guerre, la faim, la souffrance, la pauvreté. Il n’y a pas d’armistice dans la maladie. Elle traverse les siècles. Faisons comme Majead At'Mahel, un pas vers la compréhension et la connaissance. L’ « incipit » de l’être, ténèbres ou lumière ? L’écriture qui nous importe n’explore-t-elle pas ce mystère ?

    Lecture de Daniel Brochard

  • "Hawking ; Étoile sans origine", Catherine Andrieu

    image.jpgAvec cette poésie cosmologique*, Catherine Andrieu nous offre une nouvelle exploration. A la manière de l’astrophysicien Stephen Hawking, décédé en mars 2018, l’auteure nous convie à un voyage aux confins des étoiles. Ici l’âme s’émerveille de l’Univers. Les distances infinies effectuées en quelques lignes… Ici l’ambivalence de l’esprit et de la matière, vide et atomes se répondent. Le monde se confond avec la voix : « Je porte mes larmes comme un collier d’aurore ». L’observation est toujours concomitante de l’expression intérieure. C’est la loi de la physique Quantique. L’expérience influence l’observateur et vice versa. L’homme se confronte à un impossible : « Je me cogne comme un oiseau fou aux barreaux de l’être, aux barreaux du monde… » Les interrogations humaines sont sans fin, la science n’éclaire qu’une partie du monde ! Hawking, le savant, se poste devant son miroir, devant des millions d’années-lumière, l’œil au télescope. Comprendre l’univers, c’est se comprendre soi : « Où es-tu, toi mon je ? » Car le cosmos est en nous : « Tu absorbes une partie de la lumière dans ton champ gravitationnel », « Je saigne mes dernières gouttes d’aube… » La Science parle aussi bien de nous-mêmes que des étoiles. Au-delà de la vulgarisation, l’auteure revendique son droit à la rêverie. Car l’Univers ne nous appartient-il pas ? Ne sommes-nous pas tous capables d’être émerveillés ? Les considérations sur l’Univers s’expriment par un dialogue entre les âmes. Les « trous noirs », sortes de gouffres invisibles au cœur des galaxies, sont aussi très présents dans ce long poème… Ne sommes-nous pas un fétu de paille dans ce monde, destinés à disparaître ! Le temps humain, si fragile, si bref n’est rien en comparaison de la force des étoiles ! Ici, la poésie est mise à l’épreuve. Les questions les plus fondamentales sont posées. La poésie s’appropriant le réel, le merveilleux ! Le « rayonnement d’Hawking » devient plus qu’une découverte cosmologique, c’est une source de poème ! Tout comme les océans sont le début de l’évolution, la Science actuelle est le début d’une longue aventure humaine. A travers ce voyage, Catherine Andrieu écrit une ode au merveilleux, mais aussi un chant où l’âme exprime sa souffrance. Le vide du cosmos est propice à toutes les interrogations. « Je suis femme, je suis folle… » Dans cette rêverie, le désespoir n’est jamais très loin. La poésie permet d’éclairer le monde terne et l’âme humaine. Comme cet Univers qui ne cessera de nous questionner… « Tu peux tout imaginer, et faire tous les voyages, Hawking, ghost in the shell… »

    Daniel Brochard

     

    * Texte poétique paru en octobre 2018 aux éditions Rafael de Surtis

     

    Extrait :

    Un homme qui n’a pas de visage.

    Je suis l’homme sans visage, qui je suis ?  J’erre depuis des années…

    Qui je suis ?

    Mais toi tu savais si bien l’obscurité et ses fantômes…

    Il n’est pas un milieu, même dans le vide, où la lumière circulerait, éblouissement de l’éthéré qui rend la vitesse relative et le temps absolu…

    Car l’existence du temps absolu enveloppe le paradoxe…

    Nulle vitesse ne dépassera jamais celle de la lumière, et c’est Einstein, et c’est ton cul, bientôt, dans le fauteuil autistique du Maître… Ombres… Théâtre d’ombres… Je suis le cliquetis d’épées entre votre néant et la lumière…

    Tu comprends alors qu’en dehors du corps tout n’est qu’évanescence, l’on est du côté du rêve…

    La lumière des astres lointains ne nous touche que si longtemps après…

    L’actualité des événements glisse et échappe.

    Non, nous ne savons rien du présent de l’Univers, rivés que nous sommes au passé...

    Chevaucher le rêve, enjamber le temps…

    Voler plus loin pour respirer plus haut.

    Tu rêvais d’un ailleurs criblé d’aurores..

    De t’y tenir debout, poignardé de lumière…

    Ton oeil s’ouvre dans le noir.

    Oui, il bouge à la mesure de ton esprit prisonnier du scaphandre…

    Peu à peu j’approche mon visage du tien, je sens ton souffle fragile…

     

    (Catherine Andrieu : "Hawking ; Étoile sans origine")

     

     

  • Mot à Maux - le blog

    Hier encore je me disais que c’était la fin. Les idées noires prenantes m’avaient écarté du chemin de la vie. La revue me demandait beaucoup d’énergie, pas que je manque de forces, mais parce qu’elle interférait avec mon état mental. Un état de profonde dépression mêlée de joie de vivre et de désir de mourir. Je me suis raccroché à la revue comme un mort de faim, mais cette période de mal-être a vu ma motivation diminuer. J’étais pourtant bien parti avec Mot à Maux. La revue aurait pu perdurer et grandir. Mais il y a eu les questions de l’impression, de l’envoi, de l’affranchissement. Il fallait trouver un système pérenne que je n’ai pas réussi à inventer. D’où la question des timbres et de l’envoi gratuit. C’était inhabituel, en rapport avec mes convictions. Il y avait la revue et moi. J’ai aimé Mot à Maux parce qu’elle m’a permis de rencontrer beaucoup de jeunes auteurs. J’ai aimé proposer un espace à ceux dont j’ai aimé les poèmes. Avoir le sentiment de véhiculer la parole. La revue était une belle utopie. Je n’avais pas mesuré le travail. Faire ça seul, à l’aide d’une photocopieuse… en mai, cela ne me faisait pas peur, aujourd’hui la tâche est devenue trop lourde. Alors, voyons… au lieu de tout arrêter, je propose de reprendre la revue sur ce blog. Je ne tiens pas à faire une revue en ligne au format pdf. Je propose aux auteurs de publier leurs poèmes sur ce blog. C’est la fin de la revue papier. Ce ne sera pas une revue Internet. Juste un blog ! Un revuiste me disait qu’il y a deux difficultés à animer une revue : l’argent et l’énergie que cela demande. J’avais cru répondre à la question de l’argent. Quant à l’énergie… J’avoue qu’une revue papier est un pari et une motivation qui demande une attention journalière. Une revue est un lien entre auteurs et lecteurs - où chacun trouve sa place - débutants et confirmés. C’est essentiel pour la littérature. J’ai commencé par la publication en revue, après avoir été victime d’une mauvaise souscription. J’ai voulu à mon tour créer une revue. J’ai connu beaucoup de revuistes jeunes comme moi, dont certains ont arrêté. D’autres continuent avec courage. Je suis triste de mettre la clef sous la porte. Pour faire vivre Mot à Maux, j’appelle désormais les poètes à m’envoyer 6 ou 7 poèmes assez courts. Je publierai les meilleurs (à mon goût). Je publierai un poème par auteur sélectionné. Je garderai ainsi un lien avec Mot à Maux, en suivant la même ligne éditoriale. « Un souffle, un cri, un engagement, une respiration… » Aujourd’hui est un tournant pour Mot à Maux. J’ai hâte de lire vos poèmes.

    Daniel Brochard